A bas le concours ! A la fonction publique… Les enseignants contractuels dans les rues de Kankan

Plusieurs enseignants contractuels ont manifesté ce jeudi, 3 mars 2022, à Kankan. Ils sont descendus dans la rue pour exiger leur engagement à la fonction publique sans passer par un concours, rapporte le correspondant de Guineematin.com sur place. La manifestation…

A bas le concours ! A la fonction publique… Les enseignants contractuels dans les rues de Kankan

Source

0
(0)

Plusieurs enseignants contractuels ont manifesté ce jeudi, 3 mars 2022, à Kankan. Ils sont descendus dans la rue pour exiger leur engagement à la fonction publique sans passer par un concours, rapporte le correspondant de Guineematin.com sur place.

La manifestation est partie du stade de l’université Julius Nyerere de Kankan. Brandissant des pancartes sur lesquelles on peut lire : « A bas le concours », « La fonction publique ou la mort », les enseignants contractuels se sont rendus d’abord au gouvernorat de Kankan. Ils ont été reçus par le directeur de cabinet du gouvernorat, devant lequel le coordinateur régional des enseignants contractuels, Laye Camara, a décliné l’objectif de leur démarche.

« Nous sommes venus vous dire ceci : nous allons prendre d’assaut les rues de Kankan aujourd’hui, demain et après-demain, jusqu’à ce que les cadres du département de l’enseignement nous disent, voici votre liste avec les numéros matricules. Kankan a toujours fait preuve de maturité et de respect, à cause de ça, ils pensent que nous sommes des poltrons. Pourtant, nous ne sommes pas des poltrons, c’est parce qu’on respecte. Mais aujourd’hui, c’est fini. Tant que la liste n’est pas publiée, d’ici le samedi avec les numéros matricules, il n’y aura pas de cours dans les écoles de Kankan Les écoles resteront fermées », a-t-il déclaré sous les applaudissements de ses pairs.

En réponse, le directeur de cabinet du gouvernorat a indiqué que ces enseignants ont le droit de revendiquer, mais Almamy Simbaly Camara leur demande de revoir leur démarche. « Nous sommes dans un pays de droit, ils ont droit de revendiquer quelque chose qui certainement est à leur cœur, c’est évident. J’ai suivi l’intervention de leur porte-parole, qui demande leur engagement à la fonction publique. Ils sont venus pour rencontrer le gouverneur, mais il n’est pas là, il est en mission à Mandiana. Donc, je leur demande tout simplement de faire un mémorandum, comme l’administration est hiérarchisée, nous allons remonter le document à qui de droit », a dit ce responsable du gouvernorat de Kankan.

Après le gouvernorat, les enseignants contractuels se sont rendus à la direction préfectorale de l’éducation. N’ayant pas trouvé un interlocuteur sur les lieux, ils ont barricadé la porte principale du bâtiment (ils ont placé des tables bancs devant la porte pour empêcher ceux qui sont à l’intérieur de pouvoir l’ouvrir), avant de se diriger à l’inspection régionale de l’éducation. Les manifestants s’apprêtaient à répéter la même scène là aussi, lorsque l’inspecteur régional est sorti les écouter. Après le discours du porte-parole des enseignants contractuels, le responsable éducatif leur a demandé de revendiquer dans la discipline.

« Si vous sortez pour vous faire entendre, faites-le dans la discipline. Nous sommes vos interlocuteurs directs, je peux appeler le chef de cabinet du ministère, mais cela n’est possible que si c’est fait dans la discipline. Mais, quand vous venez taper nos portes, ce n’est pas joli. Je vais vous dire une chose, en 2018, j’ai été l’un des inspecteurs à dire au ministre : au lieu de prendre les sortants de Manéah et de l’ENI, il faut prendre les contractuels. Vous allez voir aussi sur la liste, il y a plus de contractuels de Kankan que n’importe quelle région. Nous, on a fait ça pour aider nos frères. Mais, est-ce que le c’est le DPE ou l’IRE qui engagent à la fonction publique ? Non », a dit Famoro Keïta.

Après l’inspection régionale de l’éducation, les manifestants se sont dispersés dans le calme. Ils promettent de continuer le combat jusqu’à leur intégration à la fonction publique sans condition.

De Kankan, Abdoulaye N’koya SYLLA pour Guineematin.com

0 / 5. 0